Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LES HISTOIRES de RAUGH de CHINY

LES HISTOIRES de RAUGH de CHINY

Menu
LES GENS DU NORD

LES GENS DU NORD

VOYAGE DANS LE TEMPS : PÂQUES AU NORD    FAMILLE DELPORTE TILLIETTE ET FRULEUX TILLIETTE   Balade sur la digue de mer du Touquet Paris Plage en 1930

Un décès important pour nous, les fêtes de Pâques qui arrivaient à la suite ont été le prétexte pour un bref retour à nos origines : Le Nord de la France... le pays des Cht'is, célèbre aujourd'hui grâce à un film que nous ne nommerons pas... Il ne manque ni de Pub ni d'intérêt.
1948-repas-de-famille-10.JPGBéa est d'origine Polonaise, sa famille est arrivée à la grande époque industrielle du nord et particulièrement pour le travail à la mine, son défunt Père, dissident et réfractaire au charbon, a préféré épouser une jeune fermière du cru... jusqu'au bout il a préféré l'agriculture et l'élevage laissant a ses enfants et petits enfants nombre lapins, poules et coqs, sans oublier les pigeons...
Guy est d'origine espagnole, d'après un de ses oncles disparu, ayant fait des recherches dans les archives de Valenciennes, je serais les restes d'une famille d'Archers arrivés dans le coin avec les troupes     espagnoles au temps des guerres de successions d'Espagne... mais internet m'a appris  FAMILLES TILLIETTE FRULEUX HARCHIN Repas de famille en 1948 qu'un village et une vallée du Pakistan porte mon 1950-Communion-06.JPGnom... coïncidence ? oui mais Bavay (Nord) aurait-été fondé par des guerriers grecs revenant de la guerre de Troie, ce village du Pakistan par des guerriers d'Alexandre le Grand...
Enfin quoiqu-il en soit nos deux exemples montrent que notre région d'origine à été brassé et re-brassé plus que tout autre par les invasions, les guerres incessantes mais aussi par le travail, le commerce et l'industrie... Pas étonnant qu'on y fasse la meilleure bière du monde .
Textiles, Charbon et Acier ont été si on peut dire les trois mamelles du Nord qui ont nourrit la France pendant plus de 2 siècles.Cette image industrieuse
FAMILLES MORIVAL TILLIETTE FRULEUX HARCHIN Communion en 1950                          
sale et froide du nord est restée forte jusqu'à nos jours mais toutefois si l'envie vous vient aujourd'hui de visiter cette région que d'aucun ont voulu rebaptiser les « Hauts de France » pour  combattre cette image désastreuse, vous n'aurez aucun mal à trouver quelques traces  portantes de son univers Germinalesque... les terrils, les chevalets,les corons, les courées... sont encore relativement présents bien que majoritairement transformés ou rasés. Le site musée de la mine de Lewarde au delà de Douai sera un petit complément indispensable.
PICT7239.jpgPICT7238.jpgPICT7237.jpg                                      

BRUAY EN ARTOIS - MARLES LES MINES  62     UNIVERS DES MINES DE CHARBON A LA FIN DES ANNEES 60

Mais l'ambiance qui a fait cette sordide réputation, les toits immenses de tuiles rouges marron d'ateliers, d'usines, leurs longs murs de briques brunes noires, les palissades de ciments gris, les sombres univers fumeux des cheminées d'usines, des réfrigérants des centrales thermiques, de la carbochimie et des fours à coke, les rotondes de locomotives charbon et diesel, les longs traits de rails emmêlés, les trains interminables de charbon, cendres, minerais et schistes, les tapis transporteurs et les wagonnets suspendus montant à l'assaut des terrils, tout cela noyé dans un mélange de poussières et fumées aussi noires que nauséabondes qui ferait attraper une apoplexie immédiate à tout écologiste d'aujourd'hui, vous ne le verrez plus. Il ne subsiste à l'occasion que cette pluie persistante, fine et mouillante souvent froide qu'on appelait le « temps de Toussaint ». Autrefois elle collait d'un ruban gris uniforme la terre aux nuages, aujourd'hui elle n'a gardé que la tristesse et elle reste toujours sur le paysage quelque huitaine durant. Il reste aussi ces gens du Nord, encore accueillants et généreux certes, mais usés, abandonnés et assistés dans leur misère, zombies d'aujourd'hui... Natif d'une ville minière qui comptait plus de 45 000 habitants dans les années 60, il n'en reste plus que qu'à peine 18000 aujourd'hui en comptant les communes regroupées autour d'elle !
1954-rue-des-moulins.jpg1976-Divion.JPG
 





 
 LABUISSIERE 62  Camarades d'école en 1955                                  DIVION 62  Horizons de corons enneigés en1976
Etrangers au Nord vous ne vous rendrez peut-être pas compte de cela en visitant cette région, et c'est peut-être tant mieux. Vous avez mieux à faire.
S'il fait soleil, ce qui n'est pas rare contrairement aux idées reçus, je vous invite à aller découvrir une des plus belles côtes que je connaisse, qui va de Boulogne sur mer à Calais, promenez vous à Etaples et au Touquet Paris Plage, n'oubliez pas Berk sur Mer et ses Succès Berkois, friandises de longue tradition, habillez vous néanmoins contre le vent, il en fait quasiment toujours. S'il fait un temps moyen, soleil et nuages, ce qui est habitude, courrez les collines d'Artois, de Montreuil sur mer à Hesdin, à St Omer à Bergues abordez la plaine de Flandres , chère à mon ami Jacques, ne manquez surtout pas la plus belle place d'Europe à Arras, les beffrois de Béthune et Douai, allez voir Martin et Martine et sucez des Bêtises à Cambrai. Valenciennes et l'Avesnois ne sont pas sans intérêt vous y goûterez au merveilleux Maroilles et ne ratez pas la Boulette d'Avesne qui vous laissera incontestablement quelques souvenirs un peu « hard » !
2004-Stella-0021.JPG 

 











2photos de Stella Plage 62 en juillet 20042007-Oostende-3198.jpg
2007-Wimereux-3200.jpg 














Wimereux 62  Béa à La pointe aux Oies en mai 2007                                     Oostende (Belgique) en mai 2007

Pour continuer dans le gastronomique profitez des moules, des soles et crabes sur le bord de mer, le homard d'Audresselles doit encore être le meilleur de France. Si vous en trouvez.
Sur l'intérieur il y a l'andouillette, le boudin aux oignons, des Carbonnades magiques, le Potje-Wesh et le Waterzooï en Flandres, le lapin aux pruneaux, le coq à la bière, multiples recettes de chicons, de choux fleurs...
Quant-au desserts el'tart aux libouli, ou à ch'suc', la charlotte à la cassonnade, les gaufres flamandes ou les crêpes... Vous aurez aussi la Cramique ou la Coquille mais personnellement je les préfère au petit déjeuner.
Laissez-vous aller à la Bière avec modération bien entendu, elle n'est nulle part ailleurs aussi bonne qu'ici et chez les voisins Belges et aussi au fameux Genièvre de Houlle, glacé surtout... goûtez ! En parlant des Belges savourez leurs frites, elles n'ont d'égales que nos frites ed'ducasse. Rien à voir avec Mac Cain.
Le Nord Pas de Calais, la Picardie sont un seul grand cimetière militaire, ceux de la Grande Guerre sont les plus nombreux, ne les ratez pas, ils vous offriront une grande leçon d'histoire mais sûrement aussi de tolérance, le monde entier, de tous continents, de toutes races, de toutes confessions est venu mourir ici dans les tranchées ou au dessus.
Le meilleurs moyen pour découvrir tout cela, si vous y consacrez un peu de temps, je vous conseillerais assez facilement le vélo, mis à part dans le Boulonnais et dans la limite de l'Artois et la Picardie vous n'aurez pas trop de côtes sanglantes...et il est possible de les contourner. Autrement il reste la voiture et une bonne carte routière évidemment
.

FAMI-7354.JPGPÂQUES 2008 LAMBERSART  Repas de Familles : Fau Silinski ( Turquo Polonaise) , Silinski Didier, Silinski Laurent, ( Franco Polonaises)  Harchin Silinski ( franco espagnole Polonaises)  Silinski Lavigna ( Polonaise Guadeloupéenne)

A lire tout cela, vous vous demanderez pourquoi je n'y suis pas resté... Il y a plusieurs raisons :
- Le travail d'abord, de même que sont nombreux les gens de tous horizons venus au nord pour le travail, beaucoup en sont partis pour cette même raison.
- Je ne me sens aucune racine dans cette région, mes ancêtres y sont arrivés pour la guerre si j'en crois mon oncle, certes ils s'y sont installés se mélangeant peu à peu aux autochtones ou au autres envahisseurs qui n'ont pas manqués, mais il reste que la fibre de la mobilité est plus forte que l'enracinement.

Ce n'est pas un hasard je pense, notre Grand Père venant de Valenciennes a d'abord migré sur Albi (Tarn) , revenu sur Béthune (Pas de Calais), maintenant si quelques-uns de ses descendants sont restés sur cette dernière ville d'autres sont installés à Amiens (Somme), Paris, en Bretagne, allant pour l'un d'entre eux jusqu'en en Guyane... et enfin moi même en Savoie.
D'une manière générale si une grande majorité des gens dit du nord se montrent attachés sentimentalement à leur région, je ne pense pas qu'ils y soient attachés géographiquement parlant. La communauté urbaine de Lille et le seul endroit du nord qui affiche à ma connaissance une croissance en nombre d'habitant, imitant en cela bon nombre d'agglomérations urbaines de notre hexagone, voire Européenne mais sans en égaler pourtant leurs pourcentages de croissance...
06-FA-3255.jpg05-FC-3417.jpg

 














FAMILLE MORIVAL Pernes en Artois et Gué de Caucourt 62   Mariage de Céline et Frédéric en 2007

Je crois cela normal en fonction du fait que la majorité des gens du nord sont des « migrants » d'origine, particulièrement ceux installés dans et aux environs immédiats du sillon houiller. Le travail ayant disparu ils s'en vont (en fait ils sont partis ) vers d'autres horizons plus prometteurs... pour ceux qui ont gardés cette âme de migrants. Pour ceux qui restent, cela ne veux pas dire qu'ils soient enracinés dans leur terre natale... simplement abandonnés, sans formation, sans possibilité de reconversion, impuissants devant une évidence qui n'a cessé d'être cachée jusqu'au mensonge éhonté par la politique, ils vivent... d'assistanats divers et de débrouillardises.
Bien sûr, je suppose que tout n'est pas noir dans l'ancien pays de l'or noir . Mon cousin commerçant forain vient de céder son affaire à son fils, c'est une preuve que certaines choses fonctionnent encore. Mon court voyage m'a permis de voir La Piscine à Roubaix transformée en musée ou les choses de culture s'entassent de manière fort joliment présentée... Bonne initiative, Les yeux s'émerveillent et découvrent ce que le Nord engendrait comme art... Mais pourquoi avoir tant tarder à ouvrir ce genre de lieux à une population qui en avait besoin plus que tout autre. Mais pourquoi exposer sous forme de photographies ou de dessins des lieux morts, vides d'âmes sinon de sens qui éveillent en nous un sentiment de nostalgie et de gâchis. Montrer ce que fut la richesse du Nord est louable pour peu que cela donne envie au visiteur d'un renouveau, d'une motivation amenant à une autre richesse, à une autre fortune...
 PISC-7264.JPG PISC-7261.JPG

PISC-7274.jpg



 


 2008  ROUBAIX : Les traces encore visibles d'un atelier face au Musée de La Piscine 
                                        

Dieu sait si les Gens du Nord en ont besoin, qu'ils retrouvent de nouveau combats d'avenir, de nouvelles raisons d'être fiers autrement que par leur patois, qui n'était d'ailleurs pas une fierté dans le passé, juste une façon traditionnelle de s'exprimer pour ceux qui quittaient l'école à 11 ans pour aller au travail à la mine ou à l'atelier.