Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
LES HISTOIRES de RAUGH de CHINY

LES HISTOIRES de RAUGH de CHINY

Menu
HISTOIRES DE RANDOS

HISTOIRES DE RANDOS

Le Col du Joly et celui de la Fenêtre.
On avait fait un essai entre deux nuages au 14 juillet, sans aller jusqu'au bout, cela s'est terminé dans les nuages et dans les éclairs... on n'en menait pas large. On remercie toute fois les deux randonneurs connaisseurs du coin qui nous ont gentiment invité à faire demi-tour, en voyant d'abord notre accoutrement bien léger, prévu pour une petite balade, et en nous avertissant que le coin n'était pas sympathique par temps d'orage...
Ceci étant nous n'avons pas voulu rester sur un échec et le 24 août, beau temps garanti, nous nous sommes remis en route, d'autant que nous voulions éclaircir le mystère de "la crête de dinosaure" que nous voyons depuis le Mt Bisanne ou le Mont Clocher, ou encore le Mont Vores et même de la Tête de Torraz ici à La Giettaz. Du parking du Col du Joly, la balade pour aller au Col de la Fenêtre n'est ni trop longue, 1h30, ni bien difficile, en outre autant vous le dire de suite, le Col du Joly et ses crêtes environnantes sont bien plus passionnantes à parcourir avec le Mt Blanc omni présent qui se reflète dans quelques mignonnes gouilles étagées que le chemin du Col de la Fenêtre et ce dernier lui même. Eh oui un peu décevant ce col de la Fenêtre, panorama bloqué par les Monts Jovet et les Fours en face, bloqué sur la droite par quelques Aiguilles de la Pennaz au pied desquelles se blotti le refuge de la Balme, le regard ne peut essayer que de fuir vers la gauche où la blancheur du Mont Blanc le rassure... Notre crête de dinosaure ? probablement les Fours, mais de près plus rien ne s'identifie comme une silhouette de dos d'animal de la préhistoire, simplement que des rochers sombres, monstrueux, fendus, déchiquetés... Du côté soleil c'était moins angoissant heureusement, quelques fleurs attardées ponctuaient encore la roche de leurs touffes de couleur, l'herbe était encore bien verte de pluie, seul quelques cris de choucas gourmands nous poursuivaient au cas ou une quelquonque nourriture vienne à sortir de nos poches.